Entretien avec l’administrateur directeur général de la Société Commerciale Gabonaise de Réassurance (SCG-Ré), Dr. Andrew GWODOG.

Suite à l’inauguration jeudi dernier du siège de la SCG-Ré, par le Ministre délégué à l’économie Désiré Guedon, son administrateur-directeur général retrace dans cet interview les motivations ayant conduit à la création de cette société par le gouvernement de la République tout en déclinant les missions qui lui sont assignées.

TB :Pouvez- vous nous faire l’historique de la SCG-Ré ?

CMAG :   De ce qui est de l’historique de la SCG-Ré il faut partir du plan stratégique Gabon Emergent dont le 4ème pilier est le Gabon des services. Pour la matérialisation de ce pilier qui est le Gabon des services, le conseil des ministres tenu à Port-Gentil en 2011 avait effectivement, sous instruction du Chef de l’état, décidé de la rationalisation des instruments financiers au Gabon. Dans ce sens, le ministre Magloire Gambia, à l’époque ministre de l’économie va créer une commission chargée de réfléchir sur la possibilité de créer au Gabon une société dite de réassurance qui aura pour objectif, premièrement de diversifier le marché financier, compléter le marché des assurances au Gabon qui n’avait pas de réassureur, les compagnies d’assurances allaient acheter les capacités de réassurance à l’étranger. Ce qui a entrainer une fuite énorme de capitaux pour notre économie.Pour réduire cette fuite de capitaux il fallait trouver un instrument et cet instrument c’est une société de réassurance. Nous avons rendu notre rapport après avoir effectué dans les pays africains qui ont déjà cette expérience, c’est-à-dire, le Maroc, le Sénégal, l’Algérie, la Lybie, puis le Cameroun qui a eu une expérience qui malheureusement n’a pas mis long feu.