ETATS GENERAUX 2018 07-09 mars 2018

Les sociétés d’assurance vie ont l’obligation, sur la base de règles actuarielles et du Code CIMA, de faire fructifier l’épargne collectée auprès des assurés. A cet effet, elles se servent des véhicules de placements offerts par le marché financier.

Dans la Zone CIMA, le moyen de placement privilégié des sociétés d’assurance vie est le circuit bancaire à travers les DAT et les liquidités. Toutefois, on assiste à l’éclosion des emprunts obligataires, ce qui limite considérablement l’activité des sociétés d’assurance vie sur les marchés financiers.

Aussi l’Administrateur Directeur Général de la SCG-Ré, est intervenu dans la Session II: « Vendre et gérer l’assurance Vie en Zone CIMA », Panel 4 « Marchés financiers et Assurance Vie ».

Selon le Dr. Andrew GWODOCK, les mesures incitatives pour que les assureurs en général et particulièrement les Sociétés d’Assurance vie investissent dans les marchés financiers sont :

– la redynamisation des marchés financiers et des places boursières africaines;
– la modification de la règlementation CIMA;
– l’uniformisation de la fiscalité dans la Zone CIMA;
– la création de nouveaux produits d’assurance vie indexés sur des valeurs boursières ou des OPCVM;
– les mesures fiscales incitatives des États;
– l’amélioration du cadre foncier pour accompagner les États dans les politiques d’habitat;
– l’inclusion financière des populations et leur accès à l’assurance vie

Le développement de la sous région nécessite la contribution des détenteurs de capitaux, et les compagnies d’assurance vie.
Les marchés financiers devront aussi, adapter leurs produits aux besoins des sociétés d’assurance vie en l’occurrence la rentabilité et la sécurité des investissements.
Enfin la règlementation CIMA quant à elle n’est pas en reste, et nécessite un assouplissement encadré des mesures d’investissements en dehors de la Zone (investissements dans de nouveaux produits etc.).